Patrick Schmitt

Auteur, metteur en scène, scénographe et comédien formé à l’Ecole Périmony, il fonde sa compagnie dans le milieu des années 1980. Avec elle, il crée une pièce dont il est l’auteur : La Rose et le Fer, qu’il monte à la Conciergerie de Paris dans la salle des Gardes. Ce spectacle, salué par la critique, remporte un vif succès. Patrick Schmitt montre ainsi d’emblée sa passion pour les lieux insolites ; celle-ci ne le quittera plus. En effet, lieux historiques, anciennes usines, cathédrales seront pour lui des lieux de prédilection.

Au début des années 90, il s’installe à Nanterre et crée le Quasar Théâtre. Durant ces années, il monte les œuvres de Jean-Claude Grumberg, Dario Fo, Michel Azama, Federico Garcia Lorca, Pierre Cami...

Dans le même temps, Patrick Schmitt entame un travail sur l’art oratoire, en interprétant deux sermons de Bossuet (Sermon du mauvais riche et Sermon sur la mort). Prévus à l’origine pour quelques représentations, ces spectacles se jouent encore aujourd’hui. Représentés dans les plus grandes cathédrales de France, - Notre-Dame de Paris, Dijon, Metz, Meaux, Saint-Séverin, Saint-Eustache... -, ils ont été les points d’orgue des festivités entourant le tricentenaire de la mort de Bossuet en 2004, notamment au Colloque international de Paris-Sorbonne.

En 2003, Patrick Schmitt crée un nouveau théâtre à Nanterre, au cœur du Centre-Ville : LA FORGE. Ce théâtre est depuis lors le lieu de résidence de sa compagnie. Il y a monté notamment le Déserteur (dont il est l’auteur), l’Amant (Harold Pinter), Dommage qu’elle soit une putain (John Ford), le Faiseur de théâtre (Thomas Bernhard), la Campagne (Martin Crimp), George Dandin (Molière). Il a récemment interprété le Phèdre de Platon (dont il a réalisé l'adaptation), dans une mise en scène d'Emmanuelle Meyssignac.